vendredi 18 janvier 2019

M. Hirtz-Gianesini remercié par M. Canter remercié lui même par Mme Belloni

Depuis les dernières élections municipales suite au décès de Jean Kiffer, la vie politique amnévilloise n’est plus un long fleuve tranquille. Pendant plus de 40 ans les querelles internes se sont limitées à des escarmouches avec l’opposition quand il y en avait une.

Si pendant l’ère Kiffer, les turbulences étaient plutôt du genre « Amnéville contre le reste du monde » depuis la disparition du « Docteur », la guerre s’est déplacée intra-muros. Ainsi, depuis qu’elle est en place, la majorité actuelle menée par Mme Doris Belloni n’a cessé de s’effriter avec plusieurs adjoints et conseillers qui ont soit démissionné ou pire qui sont désormais dans l’opposition. Après quelques mois au pouvoir, l’équipe municipale du maire était déjà réduite à peau de chagrin après les départs successifs de Mme Claire Adler Pallas, de M. Ernest Varnier, de Mme Christiane Dautel et de M. Xavier Dieudonné.

Dernièrement, c’est un proche collaborateur et conseiller, Jean-Christophe Canter, le directeur de cabinet du Maire qui quittait le navire de force, poussé par Mme Belloni qui souhaitait s’en séparer suite à des divergences.

Or, celui-ci (M.Canter) est aussi Président de l’Office de Tourisme d’Amnéville les Thermes.

Fruit du hasard ou pas, maintenant c’est M. Hirtz Gianesini, Adjoint aux finances  (embauché comme Directeur de l’Office de Tourisme de la ville quelques temps après les élections municipales) qui est désormais visé par une procédure de licenciement.

Une fin de mandat et des prochaines élections qui s’annoncent difficiles donc pour Mme Belloni qui semble de plus en plus isolée même dans son propre camp.

Related posts

1 Comment

  1. Ernest Varnier

    Discours d’Ernest Varnier à la réunion publique du 9 octobre 2013.

    Mesdames et messieurs bonsoir,

    ———————————-

    Je vous remercie de vous être déplacés si nombreux pour venir assister à la première réunion de notre liste Dynamique d’Avenir.

    Permettez moi, pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, de me présenter.

    Je m’appelle Ernest Varnier. Je suis cadre retraité,…, conseiller municipal et candidat aux élections municipales de mars 2014 à Amnéville-Malancourt avec la liste Dynamique d’Avenir.

    Pour commencer, et afin que vous compreniez les raisons qui motivent ma candidature, il est nécessaire de revenir un peu en arrière dans le temps.

    Le 11 août 2011, Jean Kiffer, « Le Docteur », maire et bienfaiteur de notre ville, décédait. Des élections municipales partielles ont donc été organisées.
    C’est dans ce contexte que j’ai été convié à me joindre à la liste conduite par l’ancienne première adjointe, Mme Doris Belloni, qui avait déjà été abandonnée par le reste de l’équipe municipale de l’époque.

    Mon désir d’agir pour notre ville, et la volonté affichée par le slogan d’alors : « Unis pour la Transparence », m’ont amené à devenir directeur de cette campagne.

    Christiane (se tourner vers elle) et moi même avons énormément travaillé, jusqu’au soir du deuxième tour et la victoire de l’équipe.

    C’est alors, le soir même de la victoire, que nous avons compris que nous avions été trompés.
    Que vous aviez été trompés.
    « Unis pour la Transparence ». Un mensonge fait aux Amnévillois : la seule union était celle des intérêts personnels. Quant à la transparence, je vous laisse constater par vous même le résultat aujourd’hui.

    (Petite pause)

    Malgré cela nous n’avons pas abandonné. Nous avons tout fait pour faire respecter ce pour quoi nous avions travaillé, ce pour quoi vous aviez voté.

    Résultat : au bout de trois mois, Christiane perdait son poste d’adjoint et Mme Belloni exigeait notre démission.

    Nous avons refusé.
    Pour pouvoir être tenu au courant des intrigues de la cour.
    Pour pouvoir vous en informer.
    Pour pouvoir continuer à vous défendre.

    (Petite pause)

    Cet épisode m’a beaucoup appris sur les choses qui doivent être changées :

    • Tout d’abord, une liste ne doit pas être un regroupement d’intérêts particuliers. La cohésion du groupe et la volonté de travailler à l’intérêt général doivent présider à sa constitution.
    • Ensuite, la confiance des citoyens envers leurs élus est indispensable. Elle n’est pas un dû. Elle n’est pas acquise par les élections. C’est aux élus de travailler à son obtention.
    • Enfin, la mairie n’est pas un palais dont les employés seraient les servants, la ville n’est pas un royaume dont vous êtes les serfs.

    Pour y parvenir, il n’y a qu’un moyen : construire une base solide en instaurant des règles strictes dès la constitution de la liste et s’y tenir.

    C’est ce que j’ai fait, en mettant en place le concept de notre liste, le concept de Dynamique d’Avenir. Un concept unique.

    Ainsi, pour figurer sur la liste, chacun de mes colistiers doit répondre aux critères suivants :

    • aucun ne doit avoir de liens familiaux directs avec des employés municipaux
    • aucun ne doit avoir de poste à responsabilité dans une entreprise travaillant avec la commune
    • aucun n’est mis en examen, ni n’a été condamné, pour des affaires de gestion publique, associative, ou privée grave

    Autant vous dire qu’à Amnéville ce n’est pas chose facile.
    Mais c’est nécessaire.

    L’intégration des candidats se fait progressivement, afin de bien les connaître, les comprendre, et surtout d’être certain de leur adhésion au concept.
    Beaucoup de personnes qui nous soutiennent n’ont pas pu intégrer notre liste car ils ne remplissaient pas l’un des deux premiers critères.

    De plus, dans notre groupe, aucune place n’a été promise ni réservée. Seuls le travail, l’implication au sein du groupe et les compétences détermineront la place de chacun sur la liste.

    Une fois en place, nous nous appuierons sur cette base solide pour optimiser l’organisation des services et gagner en efficacité :

    • Nous rendrons à chacun ses prérogatives : on ne doit plus voir d’adjoint jouer au chef de service, afin que les employés retrouvent leurs responsabilités et leur esprit d’initiative, pour faciliter la circulation des informations et le service aux citoyens.
    • Certains postes d’adjoints demandent beaucoup de travail (travaux, sport et associations, festivités). Nous confierons ce travail à plusieurs élus. Nous passerons donc de 10 élus rémunérés à 15, en divisant les indemnités de chacun, sans aucune augmentation des dépenses.
    • Nous intégrerons les responsables des services municipaux aux commissions municipales, afin de gagner du temps lors de la conception des projets.

    En même temps, il nous faudra découvrir la situation économique réelle de la commune. Contrairement au fameux audit auquel aucun de vous n’a pu avoir accès, nous exposerons cette situation lors d’une réunion publique afin d’en finir avec les rumeurs et que vous sachiez enfin la vérité.

    Nous pourrons alors choisir parmi les solutions auxquelles nous avons travaillé, celles qui sont le mieux adaptées à la situation.

    Pour des raisons évidentes de vol d’information dont nous avons déjà été victime, vous comprenez que je ne dévoile pas l’ensemble de nos travaux ce soir.

    Cependant, je peux d’ores et déjà vous annoncer que nous prévoyons :

    • de diminuer l’endettement de notre ville, pour préserver les acquis et les activités existantes
    • de faire jouer tous nos droits à subventions
    • de travailler à la promotion de notre ville et de ses activités
    • de faciliter le développement d’activités rentables pour notre ville
    • mais surtout, surtout, de rediriger enfin les investissements vers le bas, vers vous

    Je peux aussi vous dévoiler que notre programme compte actuellement :

    • 157 propositions, qui vous seront présentées prochainement
    • et, sur le long terme, 3 projets de grande envergure

    Durant cette campagne nous ne vous ferons aucune promesse.

    Pourquoi ?

    Car, comme l’ont dit plusieurs hommes politiques: « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. ».

    Nous ne vous ferons aucune promesse, que des propositions.

    Vous me demanderez : « Quelle est la différence ? ».

    Une proposition, quand vous l’acceptez, nous engage envers vous.

    Pour vous et avec vous, nous nous engageons.

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *