dimanche 15 décembre 2019

Arcelor Mittal Gandrange, les suppressions d’emplois sont maintenues

En 1999, le site industriel situé à Gandrange  a été vendu par le groupe français Usinor au groupe indien Mittal Steel  pour le franc symbolique . En 2006, Mittal Steel a ensuite lancé une OPA qui lui a permis de fusionner avec le géant Arcelor.

L’usine de Gandrange fait depuis quelques jours l’actualité et fait parler d’elle dans les médias nationaux…

Une actualité qui concerne aussi Amnéville commune limitrophe sur laquelle s’étend une partie de l’usine d’autant plus que la municipalité à travers son Maire le Docteur Jean Kiffer engage depuis quelques temps des procédures visant à faire cesser la pollution atmosphérique et sonore par une mise aux normes européennes des installations. 

Le mercredi 16 janvier 2008, le groupe Arcelor-Mittal a annoncé lors d’un comité d’entreprise extraordinaire sur le site de Gandrange en Moselle son intention de fermer l’aciérie et le train à billettes d’ici le 1er trimestre 2009 entrainant 600 suppression d’emplois. Une centaine de salariés partiront en retraite, les autres seront reclassés dans un établissement du n°1 mondial de l’aciérie à Florange (Moselle) ou au Luxembourg où se situe d’ailleurs le siège du groupe Arcelor Mittal.

La direction du groupe Arcelor-Mitta justifie sa décision par le manque de rentabilité des installations. Les syndicats, eux, parlent de faiblesse des investissements et de manque d’anticipation dans les départs en retraite n’ayant pas permis aux « anciens » de transmettre leur savoir-faire avant leurs départs.

Hier, le président de la République Nicolas Sarkozy a rencontré Lakshmi Mittal, le PDG du Groupe indien pour discuter avec lui du sort de l’aciérie de Gandrange et de ses salariés.

À l’issue de son entretien avec Nicolas Sarkozy, Lakshmi Mittal est resté ferme concernant sa décision mais a promis de discuter avec les syndicats de « solutions alternatives » au plan annoncé et ce jusqu’en avril. Pour sauver l’usine de Gandrange, la CFDT réclame par exemple un plan d’investissement de 30 à 40 millions d’euros sur les 37 milliards de bénéfices réalisés par ArcelorMittal. Lakshmi Mittal a également annoncé qu’un fonds de 20 millions d’euros serait mis en place pour financer « le reclassement des personnels » du site de Gandrange. Il a aussi rappelé que « sur les 600 salariés, 450 se verront offrir de nouveaux emplois mieux payés et 150 partent en retraite ».

Après avoir été reçu à l’Élysée par Nicolas Sarkozy, Lakshmi Mittal n’a donc pas changer d’avis et maintien pour le moment son plan de suppression d’environ 550 emplois.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *